Mascarade
Eau-forte et aquatinte, 2013
Amstutz-Mascarade.pdf

La série Mascarade est composée de quinze portraits gravés, dont la singularité est de ne présenter aucun trait du visage. Seule la pilosité, exécutée avec réalisme et précision, permet d’appréhender la physionomie des personnes représentées. Etranges, voir inquiétants, ces portraits peuvent tour à tour faire penser à des fantômes, des masques ou encore à des empreintes mortuaires. Des visages désincarnés qui évoquent la dématérialisation, le vide, mais aussi l’impermanence de la matière organique, la précarité de la vie. A l’inverse, l’abondante présence de la pilosité faciale et capillaire évoque la force de vie, de la même manière que la barbe, qui continue sa croissance, quelques jours encore après le décès d’un individu.