Urbanic
Tirage lambda, 2004-2009

Le titre de cette série est une contraction des mots anglais «urban» et «organic». Construites comme un jeu et un questionnement sur la perception, les images sont des simulacres de dialogues ou de ruptures, entre deux espaces distincts et opposés. Au premier plan, une végétation dense forme comme un cadre dans le cadre. De manière variable, cette zone végétale se présente soit comme un ensemble riche en détail et informations, soit comme un plan sombre et uniforme. Cette même partie de l’image peut être envisagée comme une fenêtre ou un rideau qui s’ouvre sur l’espace urbain et permet d’entrer progressivement dans l’image, plan par plan, couche par couche, étape par étape. A l’inverse, elle peut être aussi appréhendée comme un écran qui masque et fait disparaître la ville au second plan, jusqu’à créer l’illusion que la matière organique reprend le contrôle sur les espaces investis et construits par l’homme.