Matrices
Dessin au fusain sur papier de soie

Les ombres de plantes endémiques, telles que ronces, fougères, églantiers, aubépines, cornouillers, pins, noisetiers, chênes, sont détourées in situ, à l’orée de forêts. D’une facture brute, les dessins au fusain – branches de saules calcinées – sont des empreintes d’un état éphémère, qui s’incarnent sur un fragile support en papier de soie ayant précédemment servit au séchage d’estampes, qui a conservé les plis et le gaufrage des plaques matricielles employées. L’ensemble de ces représentations de plantes en négatif, évoque à la foi un théâtre d’ombres primitives, projetées sur les parois d’une grotte, mais également le médium de la gravure, auquel sont empruntés des reliquats du processus d’impression, qui permettent de fixer dans la matière, les formes organiques en mouvement.